24 août 2012

Chêne kermès

En-tête

"C'est loin de l'été que le chêne kermès parvient à convaincre le promeneur des garrigues peu au fait des  particularités  de la flore méridionale: cette maigre broussaille touffue, épineuse, aux innombrables rameaux intriqués, aux petites feuilles minces mais coriaces, dont les bords onduleux portent quelques dents piquantes longues et fines est bien un chêne. Les glands ne trompent pas, gros de surcroît, avec une cupule (la coupe qui porte le fruit) couverte d'écailles en pointes aiguës dressées ou rebroussées." (Pierre LIEUTAGHI - Petite ethnobotanique méditerranéenne - Ed. Actes Sud).

2CHK_05

 

2CHK_06

 

Des petites feuilles..."dont les bords onduleux portent quelques dents piquantes"...

        2CHK_01     2CHK_02

...et des glands qui "ne trompent pas...avec une cupule couverte d'écailles en pointes aiguës".

        2CHK_04     2CHK_03

 "Le chêne kermès est le chêne par excellence des garrigues... Buisson inextricable, barrière épineuse, ce chêne nain, enfoncé dans des roches ingrates... (recouvre) d'un épais manteau de feuilles piquantes les zones les plus chaudes et les plus arides de (la) région". (Clément MARTIN -  La garrigue et ses hommes - ed. Ecologistes de l'Euzière).

2CHK_07"...un épais manteau de feuilles piquantes..."

2CHK_08en  "buissons inextricables"...

"...parmi  les plus petits du genre (il) fait des buissons très denses, parfaitement impénétrables, habituellement de 1 à 2 m de hauteur, s'étalant en largeur jusqu'à rencontrer les pieds voisins, constituant àla fin... de vastes landes compactes, d'un vert grisâtre, dorées au printemps par les innombrables chatons  floraux"... "sur les sols relativement fertiles, quand la garrigue vieillit... il peut s'élever jusqu'à 5 à 6 m, exceptionnellement davantage..." (Pierre LIEUTAGHUI - Ibid.)

2CHK_10"...de vastes landes compactes... dorées au printemps par les innombrables chatons floraux".

2CHK_11

2CHK_11b

"...La fréquence des incendies de garrigues contrarie le vieillissement de ces arbustes... Paradoxe habituel en région méditerranéenne, cet arbrisseau capable de reverdir en quelques mois des collines désertiques... se fait aussi, par ses innombrables rameaux secs, un propagateur de flammes aussi efficaces que les cistes...(mais) une souche incroyablement tenace lui tient lieu d'assurance à long terme contre les incendies." (Pierre LIEUTAGHI - ibid.)

2CHK_12"C'est un insecte qui a fait la célébrité ancienne et le nom même de l'arbrisseau: une cochenille parasite... qui vit sur ses rameaux, renferme une matière colorante rouge vif jadis employée à la teinture des  étoffes précieuses. Jusqu'au XVIIIème siècle, dans la garrigue languedocienne, la récolte de cette "graine d'écarlate" ou "graine de vermillon" rapportait un joli pécule aux propriétaires...

...De nos jours la cochenille du kermès est devenue rare... On ne doit pas la confondre avec des galles rougeâtres (tumeurs induites par la piqûre de certains insectes parasites), courantes certaines années sur les feuilles et les ramilles". (Pierre LIEUTAGHI - Ibid.)

        2CHK_13   2CHK_14

 "galles rouges...courantes certaines années..."

Tela

Enregistrer

Posté par jmspaeth à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


07 août 2012

Chêne vert

En-tête

 "Arbre de lumière et de chaleur" le chêne vert  "fait le décor de fond du paysage méditérranéen le mieux caractérisé et, en même temps, l'arrière plan de l'histoire sociale". (P.LIEUTAGHI - Petite ethnobotanique méditérranéenne).

2CHV_01Le chêne vert  -l'yeuse des provençaux-  est un arbre presque exclusivement sud-européen, toujours feuillu; il peut atteindre 20 m de haut, sa cime est dense et arrondie.  Il  pousse aussi bien sur les calcaires les plus arides que dans les massifs siliceux; adapté tant à la chaleur qu'au froid, il résiste parfaitement aux  sècheresses prolongées de l'été tout comme aux conditions parfois rigoureuses de certains hivers.  

2CHV_02Le chêne vert est un arbre à croissance lente qui n'atteint le "stade forestier" - lorsque les conditions lui sont favorables-  qu'au bout de 50 à 60 ans. Il peut vivre au moins quatre siècles. Il possède une grande aptitude à repousser sur souche, en 4 à 8 brins disposés en cercle: il fut, de ce fait,  utilisé très tôt soit en tant que bois de combustile soit en tant que bois d'oeuvre.

2CHV_03Certains chênes verts, aux abords des fermes ou des pâturages, ont été conduits en tables pour ménager des reposoirs ombragés aux troupeaux ou pour stocker le fourrage en hauteur.

2CHV_04L'écorce du Chêne vert, d'abord lisse et de couleur gris-vert foncé, devient plus ou moins noirâtre avec le temps et se fendille en petites plaques souvent quandragulaires.

2CHV_05Les feuilles sont oblongues à lancéolées, coriaces, vert foncé sur le dessus et couvertes d'un feutrage gris-verdâtre  en dessous, ce dernier assurant un minimum de perte en eau. Très variables en taille et en forme, le plus souvent dentées/épineuses lorsqu'elles sont jeunes puis à bords lisses en prenant de l'âge, elles vivent 2 ans, leur chute étant toujours compensée par des nouvelles feuilles au printemps, l'arbre restant de la sorte toujours feuillé. 

         2CHV_06   2CHV_07

 Les fleurs sont de sexes séparés, les plus visibles étant les fleurs mâles, réunies en chatons grêles et pendants.

        2CHV_08     2CHV_09

2CHV_09a

 Les fruits sont des glands ovoïdes à cupule grise légèrement écailleuse. Ils sont âpres, chargés de tannins, immangeables sinon pour les animaux (porcs, sangliers).

2CHV_10

2CHV_11

Tela

Les commentaires écrits sont inspirés de:

- Petite ethnobotanique méditerranéenne - Pierre LIEUTAGHI - Actes Sud

- Stratégies végétales - GARONNE/MARTIN/SCHATZ - Les Ecologistes de l'Euzière

 

Posté par jmspaeth à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]